Camille Larribère

15ème séance - 15 octobre 2013

Penser l'internationalisme autour de la figure de Camille Larribère

Animé par Abdelkrim Benabdallah, historien, aviateur.

Camille Larribère

Né dans les Pyrénées en 1895, issu d'une famille de bergers anarchistes ayant immigré en Algérie en 1900 pour y devenir instituteurs de la République auprès des « jeunes musulmans », Camille Larribère fut lui-même d’abord instituteur, mais c’est surtout en tant que médecin qu’il se dévoua auprès de la population de l’Oranie. Se mêlant promptement avec le peuple algérien, il y acquit rapidement en son sein une maitrise parfaite de la langue algérienne ainsi que de la culture du pays.
Socialiste de première heure, il participa à tous les grands évènements révolutionnaires qui ébranlèrent la société française et son Empire à partir de la fin de la Première Guerre Mondiale jusqu’aux décolonisations des années 50-60.
Pacifiste pendant la Grande Guerre et meneur de mutinerie. Il fut l’un des premiers à clamer le ralliement à la IIIe Internationale organisée par Lénine.
On le compte parmi les membres fondateurs du Parti Communiste Algérien dans les années 20-30.
Il s’engagea toute sa vie contre le colonialisme et fut l’un des relais de la lutte anticoloniale clandestine durant l’entre-deux-guerres : c’est notamment grâce à lui qu’Ho Chi Minh parvint à publier son journal Le Paria.
Durant la Seconde Guerre Mondiale, il est employé comme agent de liaison par les Forces Françaises Libres auprès de la résistance communiste.
À la Libération, il fut élu sénateur d’Oran au sein du groupe communiste et fut remarqué pour ses prises de position anti-impérialistes et pour le dépôt de nombreux amendements en la faveur de l’égalité juridique des peuples coloniaux ainsi que de celle du statut des pays rattachés à la France.
Auxiliaire de premier plan de l'insurrection algérienne, il apporta un soutien diplomatique et logistique non négligeable au Front de Libération Nationale.
Camille Larribère fut un Révolutionnaire internationaliste dont le parcours illustre la volonté originale d’un homme étant parvenu à saisir la complexité de l’enjeu des rapports entre les mouvements ouvriers nationaux dans la France Métropolitaine avec l’essor des peuples colonisés dans l’Empire.
Son courage et sa détermination pour éliminer les barrières culturelles et les clivages structurels – liés à l’agencement inégal des différentes formes de l’exploitation humaine dans un monde impérialiste – nous interrogeront sur les conditions de possibilité actuelles de dépasser nos propres « provincialismes politiques » pour penser l’émancipation – au-delà des identifications primaires de race, de religion ou de nationalité – dans le champs global de son essence générique humaine, à savoir, celui de l’union politique mondiale des prolétariats.

L'intervenant

Abdelkrim Benabdallah, historien à l'EHESS, travaille sur le développement inégal du capitalisme dans l’économie-monde de l’entre-deux-guerres. Son arrière grand-oncle, Camille Larribère est son étude de cas.