Que serait un projet libéral cohérent ?

20ème séance - 6 avril 2014

Que serait un projet libéral cohérent ?

Animé par Mathieu Renault et Pierrick Dechaux

La séance

"Peut-on réconcilier le libéralisme avec ses critiques? Cette question a traversé le 19ème comme le 20ème siècle. Elle est redevenue d’une grande actualité depuis les années 1970, où la réaffirmation du libéralisme s’accompagne de son lot de critiques ordinaires : montée du chômage, explosion des inégalités, affaiblissement de l’Etat, etc. Pourtant, s’il y a quelque chose de nouveau dans ce libéralisme, et qui justifie qu’on parle parfois de « néo-libéralisme », c’est en vertu de l’importance qu’on accorde à la concurrence et à son effectivité (notamment en Europe). Ce glissement contemporain a une origine dans l’histoire de la pensée économique, à travers l’œuvre de Léon Walras. Plus que tout autre économiste, Walras a l’ambition explicite d’élaborer un projet libéral cohérent, qui soit capable d’articuler les valeurs du libéralisme à un idéal de justice sociale. En exposant les grandes lignes du projet walrassien, nous souhaitons montrer comment celui-ci permet d’expliquer et d’évaluer les formes contemporaines du libéralisme."

"Marx a fait vaciller la pensée libérale qui s'était imposée depuis le 18ème siècle. Les auteurs libéraux de la fin du 19ème siècle ont dû remanier leur théorie afin de prendre en compte les critiques marxistes. Léon Walras fait parti de ce mouvement. Inventeur de la théorie de l'équilibre général, Léon Walras est considéré comme le père de la pensée libérale (néo-classique) moderne. Il a donné ses lettres de noblesses aux questions de la concurrence, de la transparence de l'information, de la flexibilité des prix, de la suppression de l'impôt sur l'activité de production... bref... l'idéologie et la théorie du marché telles que nous les connaissons aujourd'hui.

Curieusement Léon Walras se revendiquait "socialiste synthétique". Pour cause, son projet était bien plus dense et complet que ce que l'on relate aujourd'hui comme une simple apologie du marché. Ce projet intègre non seulement une étude du marché, mais aussi deux autres volets dont l'un est consacré à la justice sociale. Puisque ces deux derniers volets ont été mis de côté par les néo-classiques d'aujourd'hui, nous proposons de remettre la main dessus et d'explorer le projet de Walras comme un tout. L'exposé ce centrera donc autour de Walras et tentera de répondre, par ce biais, à la question suivante : Qu'est qu'un projet libéral cohérent ? Restera alors, au cours de la discussion, à se demander si un tel projet répond de manière convaincante aux critiques marxistes."

Les intervenants

Mathieu Renault et Pierrick Dechaux sont doctorants en épistémologie de l'économie au Centre d'Economie de la Sorbonne. Mathieu travail sur l'histoire de la macroéconomie dans la seconde moitié du XXème siècle, tandis que Pierrick travail sur les indicateurs de confiance.