4ème séance - 30 décembre 2011

Enjeux de la définition interne et externe du rap : faut-il fixer des règles à l’art ?

Animée par Houssam El Assimi

Thèmes

La France est la 2ème Nation du rap après les Etats-Unis.

Le rap est à la fois omniprésent et invisible. Qui sait qu’en 2010 le rappeur LIM est l’artiste français qui a vendu le plus d’album en France ? Pourquoi le rap est-il toujours au centre de nombreuses controverses ? Pourquoi le premier album de rap ayant remporté une récompense aux victoires de la musique est-il « panique celtique » de Manau (un groupe dont pratiquement aucun rappeur ne s’est jamais réclamé) ?

Le rap est un art dont les frontières sont floues, mouvantes. Qui fait du vrai rap ? Cette question est omniprésente au sein du mouvement rap en France, tandis que l’espace médiatique cherche à imposer une factice dichotomie entre le rappeur bon gentil et sage qu’il se doit d’être, et le méchant rappeur violent, sexiste, homophobe et individualiste.

Houssam El Assimi nous livre son point de vue en nous faisant parcourir l’histoire de cet art des origines jusqu’à nos jours, du Bronx jusqu’au terrain vague de la Chapelle, du 93 à Marseille.

La question que sous tend son intervention est « faut-il fixer des règles à l’art ? ». Est-il légitime pour les dominés de choisir leurs propres mots et surtout leur propre cadre d’expression et d’action pour parler de leur domination ?

Intervenant

Houssam El Assimi est doctorant en Histoire. Il travaille sur l’enfermement colonial. Il est également amateur de claquette et de football. Le PSG, en particulier fait battre son cœur.

Par ailleurs, Houssam El Assimi a initié une recherche sur le thème du rap avec Gerard Mauger, sociologue directeur de recherche au CNRS, directeur adjoint du Centre de sociologie européenne (CSE), spécialiste de la "jeunesse" et des quartiers populaires et de la "déviance" et membre de l’association « Raisons d'agir ».